logo fantastic modelers logo fantastic modelers logo fantastic modelers

Maquettes et figurines, Science Fiction et Fantastique

bouton orange bouton bleu contour bouton

Maquette de X-Wing : aux origines

X Wing trench run du Benjamin Carré

Pour moi les deux vaisseaux les plus emblématiques de Star Wars sont le Faucon Millenium et le X-Wing. Une collection de maquettes Star Wars ne peut se passer ni de l’un ni de l’autre. Pour les deux, de nombreuses possibilités de maquettes existent. Je vais dans cet article et le suivant me concentrer sur la maquette de X-Wing, détailler les avantages et inconvénients de chaque modèle sorti sur le marché depuis les débuts, c’est à dire 1977. Je vous indiquerai également quelques liens vers des boutiques que j’utilise régulièrement où vous pourrez vous les procurer. Avant d’attaquer l’article en lui-même, un grand merci à Benjamin Carré le célèbre illustrateur Star Wars qui m’a autorisé à utiliser un de ces artworks pour l’illustration principale de ces deux articles. Bonne lecture.

La première maquette de X-Wing : le kit MPC/ERTL

La société américaine MPC achète la licence Star Wars dès le départ. Elle lance immédiatement après la sortie d’Un Nouvel Espoir une maquette de X-Wing déjà fort correcte pour l’époque.

Boîtage original d'une maquette de x-Wing MPC-ERTL

Bon, l’illustration de la boîte a été faite par Kévin, le petit neveu du patron de MPC, 5 ans au moment des faits. Le directeur artistique de MPC n’a pas osé lui dire que c’était à chier sous peine de se faire virer. La maquette reste toutefois bien proportionnée contrairement à ce que suggère le dessin.

Le kit devient rapidement un incontournable puisqu’il sera le seul produit pendant plus de 20 ans. Il y a eu des reboîtages, des changements de nom de société (AMT), des reventes de moules à d’autres marques (Meccano, Airfix…) mais la maquette reste la même d’une édition à l’autre. Donc entre 1977 et le début des années 2000, si vous vouliez posséder un X-Wing, c’était la seule alternative.

Une anecdote amusante : pour le tournage de l’Empire contre-attaque, ILM a utilisé cette maquette pour certains plans montrant des X-Wings ! Les gars ont utilisé une maquette de leur maquette… vertigineux.

Cette maquette présente quelques avantages mais aussi pas mal de défauts. A commencer par l’échelle : 1/43, échelle complètement bâtarde ne s’accordant avec rien. C’était une époque de guerre civile où les éditeurs de maquettes SF se fichaient pas mal des échelles. En fait ils adaptaient la longueur de la maquette aux tailles de boîtes qu’ils utilisaient couramment. Comme ces engins de science fiction n’étaient de toute manière pas réels, que personne ne connaissaient leur taille supposée, on ne s’embêtait pas avec ces histoires d’échelle.

Avantages

  • Un pilote fourni mais très moche
  • Un droid fourni R2-D2 mais pas terrible non plus
  • Proportions correcte. La maquette « fonctionne ».
  • Prix très abordable… à l’époque, moins maintenant.

Inconvénients

  • Echelle non précisée, proche du 1/43, aucune figurine correspondante
  • Détails assez pauvres
  • Gravure en relief, malheureusement courante à l’époque
  • Cockpit particulièrement spartiate : gros redétaillage nécessaire
  • Maquette plus produite depuis longtemps, disponible à l’occasion uniquement
  • Les premiers tirages contenaient des stickers et non des décals !

Rééditions

Comme je le disais plus haut mais je le répète parce que je suis sûr qu’il y en un ou deux qui n’ont pas suivi, cette maquette a connu un nombre incalculable de rééditions. Voici une petite galerie des différents boîtages sous laquelle on la trouve encore :

Ces rééditions datent des années 90 et comportent tout de même une amélioration de taille : la gravure est en creux et plus en relief.

Les curiosités

Cette maquette a eu tellement de succès qu’elle a été déclinée en différentes versions dont certaines un peu farfelues.

X-Wing fighter flight display

Maquette de X-Wing AMT flight display

Première curiosité tout à fait curieuse : la version « Flight display » sortie en 1995. Le X-Wing est enchâssé dans un disque transparent censé donner l’illusion d’un vaisseau en vol. Mouais. On dirait plutôt que le pilote s’est mangé un plateau à fromage à pleine vitesse. Le plus étonnant n’est pas qu’à un moment quelqu’un ait eu l’idée (bon, ça, encore, les idées à la con c’est jamais ce qui manque), c’est que derrière il y a probablement toute une équipe qui a dit : « Ah ouais, Jean-Louis, franchement super. Allez on réoriente toute notre chaîne de fabrication pour faire ça. »

Electronic X-Wing fighter

maquette-de-x-wing-amt-electronique

Quelques années après, en 1998, à la veille de la prélogie, AMT ressort ce modèle à une échelle un plus grosse (1/35). Cette maquette de X-Wing est électronique, les ailes peuvent se déployer comme le suggère l’illustration de la boîte. Le modèle est également éclairé, ce qui est encore rare à l’époque, les LED n’étant pas aussi lumineuses et peu gourmandes en ampères qu’aujourd’hui. Je n’ai jamais monté ce modèle mais il devait valoir le coup. On sent bien que Jean-Louis était parti à la retraite.

Où se procurer cette maquette de X-Wing ?

Comme cette maquette est aujourd’hui une antiquité, les boutiques ne la proposent plus guère. On n’a toutefois pas trop de mal à la trouver, elle et ses avatars, sur ebay. Sa côte oscille entre 40 et 80 € suivant la version (le plateau à fromage semble très côté du reste).

Néanmoins, il faut être honnête : à part le côté historique, ce kit ne présente plus vraiment d’intérêt tant il a été surclassé depuis. C’est ce que nous allons voir maintenant.

X-Wing MPC Snap

En 1983, juste après la sortie du retour du Jedi, MPC ressort une nouvelle version de son X-Wing mais plus petite, à l’échelle toujours aussi bâtarde 1/63. Elle sera distribuée par Airfix en Europe.

Maquette de X-Wing Airfix
Airfix distribue le kit en Europe

Une seule chose à dire sur ce kit : il se monte sans colle. C’est la première tentative de MPC pour conquérir le marché des non-maquettistes. Les détails restent pauvres et font de ce modèle une maquette sans grand intérêt.

X-Wing fighter gold edition

Maquette de X-Wing AMT gold edition

Manifestement, ça fusait les idées chez Jean-Louis en 1995 puisque la même année, une édition « plaquée or » est également sortie. Que du bonheur : plastique cassant impossible à coller et à repeindre sans tout décaper avant. Il reste la possibilité de la monter telle qu’elle (sans colle) mais il restera toujours les marques de découpe d’attaches sur la grappe.

J’avoue que je ne saurais pas quoi faire d’un truc pareil, un peu comme si Tony Montana était devenu fan de Star Wars…

Set de vaisseaux Retour du Jedi MPC

set-maquettes-star-wars-amt

En 1992, MPC (Airfix en Europe) sort un set de 4 vaisseaux issus du Retour du Jedi contenant le X-Wing snap. Super : de quoi faire un magnifique diorama de la bataille d’Endor… Et non, perdu ! Les échelles ne sont absolument pas raccord : 1/100 pour le B-Wing, 1/63 pour le X-Wing et le Tie Interceptor et 1/58 pour le A-Wing.

Maquette de X-Wing FineMolds 1/72 : la révolution

En 2001, une petite société japonaise de 6 salariés produit une maquette de X-Wing et une maquette de Tie Fighter. Pour la première fois en SF ces deux modèles sont traités comme des modèles historiques. Soucis très poussé du détail, échelle clairement indiquée et identifiée (et vraisemblable), figurines propres et détaillées.

Boîtage X-Wing Finemolds 1/72

La maquette est quasi parfaite à l’exception d’un ou deux détails. L’histoire raconte que les gars de FineMolds sont allés voir George Lucas, lui ont mis leurs modèles sous le nez et que George a été tellement impressionné qu’il leur a donné une licence gratuite. Moyennant un petit pourcentage sur les vente quand même. Je ne sais pas si c’est vrai mais c’est joli alors je garde.

Avantages

  • Détails très poussés, bien plus que le modèle AMT, à une échelle presque deux fois plus petite
  • Montage impeccable, les pièces s’emboîtent parfaitement
  • Eclairage possible, un peu ardu mais possible
  • Figurines de qualités
  • Le droid astromécano est fourni avec des décals très précis
  • Planche de décals très fournie, permet de faire plusieurs modèles

Inconvénients

  • Le prix : dérisoire au Japon, il atteint des sommets en Europe avec les droits de douane
  • Un seul détail un peu faible : les tubes lance torpilles sur les flancs.
  • Le cockpit mérite un détaillage supplémentaire
  • Disponible uniquement à l’occasion, FineMolds ayant perdu la licence Star Wars en 2012
  • Une gravure en creux du fuselage très très légère qui est donc difficile à traiter en lavis. Une re-gravure peut s’avérer nécessaire.

Ce modèle présente donc de nombreux avantages. Par conséquent, j’en possède plusieurs exemplaire, certains montés, d’autres en boîte.

Reboîtages

Maquette de X-Wing FineMolds : reboîtage 2004

Lorsque la franchise Star Wars change de charte graphique en 2004, FineMolds opère un reboîtage plus classe. Cependant la maquette reste exactement la même mais fallait-il changer quelque chose ?

Maquette de X-Wing FineMolds C3PO gold

En 2007, la maquette est de nouveau rééditée avec un cadeau bonux : une figurine de C3PO en métal doré. Cette boîte côte aujourd’hui plusieurs centaines d’euros. Pas de bol, j’en ai pas malgré la bonne dizaine d’exemplaires que je possède de cette maquette.

Les grappes

Voici pour terminer une petite photo des grappes. Pièces bien ordonnées, tout est impeccable, à la japonaise.

Maquette de X-Wing FineMolds : les grappes

Vous pourrez remarquer également la planche de décals hyper fournie. Elle permet de réaliser la livrée de :

  • Garven Dreis – Red Leader
  • Wedge Antilles – Red 2
  • Biggs Darklighter – Red 3
  • Luke Skywaljer – Red 5

Bizarrement, il manque le droid astromécano de Wedge mais il semble que ce soit un droid à dôme sphérique donc facilement customisable à partir du R2 fourni.

Et montée, qu’est-ce qu’elle donne ?

J’ai monté cette maquette un nombre incalculable de fois. Les dernières en date sont incluse dans mon diorama Sullust que vous pouvez aller voir en cliquant sur les images :

X-Wing T-65
Rebel fleet over Sullust - Battle of Endor

J’ai également utilisé cette maquette pour réaliser mon plus gros diorama à ce jour : le Trench Run représentant l’attaque de l’étoile de la Mort à la fin d’Un nouvel Espoir :

Death Star Trench Run from A New Hope

Evidemment, même si la maquette est remarquable de détails et de précision, il va falloir un peu de travail et de patience pour en faire quelque chose de bien. Je vous encourage à cliquer sur les images pour voir le détail de ces montages et découvrir les techniques que j’ai employées.

Où acheter cette maquette de X-Wing ?

Comme précédemment, seul le marché de l’occasion peut vous aider : ebay et autres amazon. Et puis il y a moi, tiens, j’en possède une dizaine de boîtes et je pourrais en céder 2 ou 3. N’hésitez pas à me contacter.

X-Wing FineMolds 1/48 : du lourd mais pas tant que ça

En 2007, FineMolds sort le saint Graal de la maquette, le modèle que tous et.. tous (faut être honnête, il n’y a pas beaucoup de filles dans la maquette) attendaient : une maquette de X-Wing proche de la perfection à une échelle à la fois standard et grosse, le 1/48.

Alors la maquette est un tout petit peu décevante en ce sens qu’elle n’apporte pas plus de détails que sa petite soeur au 1/72. A l’exception notable des tubes lance-torpilles à protons enfin correctement représentés. Là aussi, une version avec un C3-PO métallique a été produite l’année suivante.

Avantages

  • Détails toujours au top
  • Tubes lance-torpilles enfin détaillés

Inconvénients

  • Cockpit toujours un peu insuffisant
  • Un petit goût de déjà-vu par rapport au modèle 1/72
  • Rareté et donc prix : difficile à trouver à moins de 100€

Cette maquette reste un must-have, j’en possède un exemplaire que je n’ai pas encore monté. Ma préférence irait vers un diorama sur Dagobah mais rien n’est encore fixé. A suivre.

Une maquette de X-Wing ? Un jouet ? Les F-toys 1/144

En 2010, une autre société japonaise travaille avec FineMolds pour sortir une version au 1/144 de leur maquette désormais mythique. On est à la limite entre le jouet et la maquettes : pas de colle, pas de peinture, un montage hyper simplifié MAIS des détails stupéfiants. Exactement les mêmes que sur la FineMolds mais à une échelle deux fois plus petite. Le gros avantage de cette gamme, c’est sa variété : pratiquement tous les engins Star Wars existent, ce qui permet de réaliser à peu près n’importe quel diorama.

Ces maquettes seraient parfaites pour réaliser un diorama de l’attaque de la seconde étoile de la Mort, dans le tunnel de maintenance. On trouve en effet dans la gamme des Y-Wings, des A-Wings, des Tie fighter et interceptor. Et comme FineMolds et Bandaï ont sorti un Faucon Millenium au 1/144, tout y est. J’y travaille…

Avantages

  • Détails remarquables pour l’échelle
  • Echelle standard 1/144 : beaucoup d’autres modèles existent et permettent de réaliser des dioramas
  • Le prix, dérisoire même pour de l’importation japonaise

Inconvénients

  • Un plastique très pénible à travailler et à coller, probablement du PVC
  • Les pièces sont souvent pleines, il faut beaucoup creuser pour passer les fils pour l’éclairage
  • Aucun cockpit mais à cette échelle, ce n’est pas très grave
  • Difficile à trouver aujourd’hui, les prix ont pas mal monté

J’ai utilisé plusieurs F-Toys dans mon diorama Sullust, en particulier un X-Wing à l’échelle avec le transport rebelle GR-75. L’idée était de créer un effet de perspective avec les FineMolds deux fois plus grosses au premier plan. Comme les deux modèles sont identiques au niveau des détails, ça fonctionne très bien.

Rebel medium transport GR-75

Conclusion (provisoire)

Voilà la fin de cette première rétrospectives sur les maquettes de X-Wing. La production de tous les modèles présentés sont aujourd’hui arrêtées mais heureusement, il en existe d’autres que je vais présenter dans un autre article très prochainement.

Pour finir, je remercie chaleureusement le professeur Kelp, Olcabour et Yvan West Laurence (là, je donne le nom complet parce qu’il est vraiment trop cool)qui ont su m’engueuler copieusement pour les inexactitudes que contenaient la version originale de cet article. Et qui ont été corrigées grâce à eux.

Posté le 22 juin 2021 par petersteven dans Analyse

bouton orange bouton bleu contour bouton

Laisser un commentaire ?




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.