Chargement en cours


logo fantastic modelers
loader






  • DeLorean Eaglemoss Mark I

  • Retour vers le Futur

Le contexte

Retour vers le Futur,
1ère partie

Marty McFly est super cool : copine super canon, super technique au skate, super bon à la guitare… Mais voilà, sa famille est une bande de ratés : père lâche et pas très malin, mère alcoolique, oncle en prison, frère et soeur un peu débiles…

Heureusement, il a un ami scientifique, Emmet Brown dit « Doc ». Et peut-être aussi un peu pédophile : non mais qu’est-ce qu’un scientifique génial de 71 ans fiche avec un gamin de 17 ans qui n’a même pas un niveau 6ème en Physique ? Qu’est-ce qu’ils peuvent bien se raconter ? Comment passent-ils leur temps ensemble ? Comment se sont-ils rencontrés alors que Tinder n’éxistait pas encore ? Bon, je m’égare.

Voilà, donc Marty est super cool mais un peu ringard quand même. La manière la plus évidente de changer ça est bien entendu de remonter le temps dans une DeLorean, machine à voyager dans le temps inventée par Doc. D’ailleurs, le retour de Marty dans le passé est la conséquence d’une attaque de terroristes lybiens pour lesquels Doc devait fabriquer une bombe. Autre époque, autres moeurs : aujourd’hui Doc serait enfermé à Guantanamo et passé au waterboarding deux jours sur trois. « Waterboarding »… sont forts ces amerloques, même le nom de leurs techniques de torture sonne hyper cool, on dirait le nom d’une figure de surf. Sont forts.

Tenez, moi par exemple, rien que d’écrire « terroriste », « lybiens », « bombe » et « Guantanamo » sur Wordrpress, j’entends déjà les deux grands types en costume et lunettes noirs sonner à ma porte. Bref, Marty retourne dans le passé (1955), pécho sa rem, décoince son père, invente le Rock’n Roll.

Pour finir, il rentre en 1985 après quelques péripéties électriques à base de Gigowatts puis découvre que maintenant, sa famille est hyper cool. Pleine de fric. Bonjour l’idéologie véhiculée… Au passage, toute sa vie passée est effacée et remplacée par une vie qui n’est pas la sienne puisqu’il ne l’a pas vécue et dont il n’a aucun souvenir. Bonjour les années de psychanalyse…

Et la DeLorean dans tout ça ? Rarement une voiture aura été aussi bien filmée. Elle permet le voyage dans le temps bien sûr mais pas seulement. C’est un personnage à part entière du film (et le sera encore plus dans les suites). Sa remise en fonctionnement est d’ailleurs l’une des deux trames du film (l’autre étant de savoir comment Marty va éviter de coucher avec sa mère et ainsi devenir son propre père… euh ???).

Elle est vraiment magnifique, c’est une réussite esthétique totale et une collection de maquettes SF ne pouvait pas vraiment en faire l’économie.

Le projet

DeLorean Eaglemoss - Vue arrière
  • Modèle : : DeLorean DMC
  • Fabriquant : : Eaglemoss
  • Année de première édition : : 2017
  • Echelle : : 1/8
  • Matière :: Aluminum, plastique

Cela faisait des années que je voulais faire une DeLorean. Les possibilités n’étaient pas infinies. Il existe bien un kit de Aoshima convenable (que mon ami Yvan West Laurence vous présente dans cette vidéo) mais quand j’ai appris il y a trois ans l’existence d’un kit « facile à monter soi-même » distribué par Eaglemoss comprenant seulement 458 numéros au prix exceptionnel de 11€99 pièce, je n’ai pas hésité une seule seconde. Cet article vous présente donc le montage de la DeLorean Eaglemoss et surtout, le résultat.

Full metal maquette

Et bien figurez-vous que ça faisait longtemps que j’attendais de placer ce jeu de mots peut-être pas terrible en soi mais dont je suis hyper-fier. En effet, la DeLorean Eaglemoss est principalement en métal. Il n’est pas magnétique, j’ai eu des déboires avec des aimants que je voulais utiliser pour fixer certaines parties modifiées. Je dirais donc probablement de l’aluminium ou un de ses alliages.

Soyons honnête, je n’ai pas eu beaucoup de modifications à apporter au montage de base. Il s’est agi dans l’ensemble de suivre fidèlement le plan de montage. Dans le même genre, j’ai déjà monté le Faucon Millenium Altaya et là, il y a eu de lourdes modifications. J’insisterai donc simplement sur les quelques améliorations que j’ai apportées, ça devrait aller vite, vous serez rentré pour Cyril Hanouna.

DeLorean Eaglemoss : pas de colle, que des vis !

Parti pris des concepteurs de la maquette : pas un point de colle ne doit être nécessaire. Le moindre bout, si petit soit-il se visse sur son support. Ca donne des vis minuscules parfois mais pas suffisamment. A l’échelle (1/8), une vis standard devrait mesure moins de 1mm de diamètre. Donc, si vous suivez bien, toutes les vis apparentes donneront une idée fausse de l’échelle, il a donc fallu les masquer.

DeLorean Eaglemoss - masquage des vis

Le masquage des vis s’est fait avec de la pâte à sculpter Magic Sculpt disposée en petite boule dans le X de chaque vis. Une fois polymérisée, la pâte est peinte en silver-chrome. Ca donne ainsi l’impression d’un point de soudure ou d’un rivet, plus réaliste à cette échelle. Sur la photo ci-contre, on voit le résultat pour les fixation des grilles métalliques de protection de l’émetteur de flux temporel (tunning bleu dans le film).

Dès que j’ai pu, j’ai remplacé les vis par de la colle. C’est le cas notamment pour les tout petits éléments de l’habitacle. Suivant les cas, j’ai utilisé de la colle epoxy bi-compsant ou de la cyanocrylate.

Un peu de peinture

Les pièces livrées dans le kit durant plus de trois ans sont vraiment de bonne qualité. Elles sont pré-peintes et il n’y a théoriquement rien à faire à ce niveau. En pratique, j’ai quand même pris soin de limer les lignes de joint des pièces en plastique. En conséquence, J’ai donc dû repeindre la plupart de ces pièces.

J’ai également réalisé un vieillissement. Doc Brown a utilisé des pièces de récupérations pour bricoler sa DeLorean, il est donc logique qu’elles aient un peu l’air d’avoir vécu. Sur la photo ci-dessous, on voit un évent arrière après vieillissement :

DeLorean Eaglemoss - vieillissement

Le dessous de caisse et le moteur ont eux aussi reçu un vieillissement digne de ce nom. Beaucoup de jus à base de peinture à l’huile, noir, brun, gris…

DeLorean Eaglemoss - vieillissement du moteur

Le crochet

La seule véritable création que j’ai apporté à ce modèle est le crochet d’alimentation que Doc utilise pour injecter les 2,21 gigowatts… non désolé, j’y arrive pas : on dit gigAwats, bordel ! Je ne suis pas pour la peine de mort mais quand même, il faudrait faire quelque chose pour les doubleurs des années 80 : Chiquetaba, gigowatt… pfff. Bon, qu’est-ce que je disais .

Ah oui, les 2,21 gigawatts de puissance électrique. Donc Doc fabrique un crochet qui doit entrer en contact avec un câble relié à l’horloge de l’hôtel de ville qui doit être frappé par la foudre à un instant bien précis. Ce crochet n’était pas prévu dans le kit. Je l’ai réalisé à partir d’une tige de laiton creuse au bout de laquelle j’ai ajouté le crochet, fine tige de laiton pliée par mes soins :

DeLorean Eaglemoss - crochet d'alimentation
DeLorean Eaglemoss - mât d'alimentation

Le câble est une corde de guitare repeinte. Il a fallu également concevoir le bloc qui relie le crochet au reste de la voiture. Il est fait en carte plastique et peint à l’Alclad aluminium :

DeLorean Eaglemoss - ancrage du mât

Exposition de la DeLorean Eaglemoss

Je n’ai pour l’instant exposé ma Delorean qu’une seule fois au festival des Imaginaires du tonnerrois mais je compte bien la ressortir l’an prochain à Migennes et Cusset.

par petersteven