Chargement en cours


logo fantastic modelers
loader
  • Croiseur Mon Calamari

  • MC-80 Liberty

Le film

Star Wars Episode VI
Le Retour du Jedi

Alors Luke et son Scooby gang a réussi à faire évader Han du palais de Jabba the Hutt (et à tuer tout le monde sans discernement, même les musiciens et les esclaves, super les « gentils », merci), la flotte rebelle se rassemble en orbite de Sullust. Des espions Bothans ont découvert qu’une deuxième Etoile Noire était en construction. Bon, il n’y avait pas vraiment besoin d’espions, il aurait suffit de regarder les comptes publics de l’Empire : « Mais c’est quoi ce trou de 500 000 000 000 000 000 000 000 de crédits dans le budget prévisionnel monsieur Palpatine ? Hmmm ? ».

Jusqu’à présent, la flotte rebelle que nous avions pu apercevoir à la fin de l’Empire contre-attaque ne semblait constituée que de petits vaisseaux de type frégate Nebulon-B ou Blockade Runner. C’est donc dans le Retour du Jedi que les rebelles, ces petits cachotiers, sortent des vaisseaux capitaux beaucoup plus imposants : les croiseurs Mon Calamari. Ces vaisseaux, pilotés par des… calamars anthropomorphes… mesurent plus d’un kilomètre de long et peuvent rivaliser avec les stardestroyer impériaux en terme de puissance de feu.

La flotte dispose de plusieurs de ces vaisseaux, on ne sait pas exactement combien. En fait on en voit deux à l’écran : le Home One, vaisseau amiral commandé par l’amiral Ackbar et le Liberty. La bataille est épique et reste probablement la plus aboutie de toue la saga. Elle n’atteint peut-être pas le niveau émotionnel de la bataille de Yavin mais c’est la première qui montre une telle envergure, pour la première fois on voit des vaisseaux capitaux s’affronter dans une bataille avec un véritable enjeu.

Le modèle que j’ai représenté est le croiseur Mon Calamari Liberty.  Son destin est tragique puisqu’il sera le premier à subir le feu de l’Etoile Noire. L’attaque surprise le raye de la carte spatiale d’un seul coup de superlaser. Le vaisseau et ses 5000 membre d’équipage sont instantanément vaporisés.

La maquette

Croiseur Mon Calamari escorte
  • Modèle : MC80 Mon Calamari Cruiser
  • Fabriquant : Anigrand
  • Année de première édition : 2007
  • Echelle : 1/2256
  • Matière: Résine

Le croiseur Mon Calamari Liberty est reconnaissable à ses deux ailes. Elles sont disposées de part et d’autre du fuselage… comme beaucoup d’ailes me direz-vous…

Si c’est pour être désagréable comme ça et ben… merci bien hein ! Où en étais-je avant d’être grossièrement interrompu par moi-même ? Oui voilà : pour un vaisseau spatial qui ne voyage jamais en atmosphère c’est assez original. Et toc. Ces ailes sont même ce qui le différencie de son grand frère le Home One, vaisseau amiral de la flotte rebelle, plus fusiforme. Tiens, essayez donc de caser le mot « fusiforme » sur un site web au lieu d’être pénible avec vos remarques désobligeantes !

Corriger les défauts d’un kit : de l’utilité du mastic

 

Cette maquette de croiseur Mon Calamari est un kit résine d’assez bonne qualité. Il faut bien entendu beaucoup de mastic pour ajuster les pièces, comme toujours avec les garage kits. Cela reste toutefois raisonnable. En fait, le seul vrai défaut de ce kit sont des gravures censées représenter des lignes de structures. Elles ne sont pas très réalistes pour l’échelle et j’ai décidé de les éliminer. Décision lourde de sens puisqu’il a fallu recouvrir tout le kit de mastic. Plusieurs fois.

Renforcement de la structure

 

croiseur mon calamari liberty structure

La coque du vaisseau se présente en quatre parties : deux moitiés pour la coque supérieure et deux moitiés pour la coque inférieure. Relier ces moitiés ne peut pas se faire avec simplement de la colle qui ne serait pas assez résistante. Il faut alors envisager des mesures plus drastiques. J’ai donc dû visser des pattes de renfort à la jonction. Cette technique est assez fréquente sur les gros modèles, c’est une variante du tigeage plus connu.

Détaillage du croiseur Mon Calamari

 

croiseur mon calamri Liberty hangar à chasseurs

Comme d’habitude, il est nécessaire d’améliorer le niveau de détail. La plus grosse modification a consisté à inclure deux hangars à chasseurs traversant. Le premier se trouve à peu près au milieu de la structure, le deuxième à l’avant. Les hangars sont construits en carte plastique et agrémentés de tout petits chasseurs imprimés 3D. Sur la photo, ils n’ont pas l’air très bien peints mais souvenez-vous de l’échelle : 1/2256. Cela signifie qu’un X-Wing censé mesurer 12m de long mesure ici à peine 5 mm ! A la distance à laquelle on les distingue en regardant la maquette, l’illusion est tout à fait satisfaisante.

Retour à l’école maternelle : peinture au pochoir

 

croiseur mon calamri Liberty peinture au pochoirLa peinture de la coque du croiseur Mon Calamari a été réalisée comme celle du film. J’ai confectionné des pochoirs à l’aide de carte plastique et de grilles de photodécoupe récupérées ça et là. La technique est simple, elle consiste à appliquer le pochoir sur une zone puis à projeter de la peinture à l’aérographe. C’est une variante de la technique du masquage que l’on fait généralement avec de la bande-cache mais elle est beaucoup plus rapide. Pour couvrir une telle surface, l’utilisation de bande-cache n’était pas envisageable, j’y serais encore !

Exposition du croiseur Mon Calamari Liberty

 

Cette maquette est l’ultime ajout à une flotte rebelle que je n’ai exposée complète que deux fois :

Cliquez ici pour voir le diorama Sullust de la flotte rebelle.

par petersteven