Chargement en cours


logo fantastic modelers
loader

Biographies

philigore

  • philigore face
  • philigore profile
  • Phil y Ghore (c’est son vrai nom) est un artiste touche-à-tout de génie.

    De son enfance, d’une banalité consternante, rien ne peut être dit sans augmenter de façon dramatique le taux de rebond de notre site web. Précisons simplement que très tôt, son patronyme et son physique le poussent à s’intéresser de près aux zombies et autres mort-vivants de tout poil : de la créature de Frankenstein aux walkers de Walking Dead en passant par les xénomorphes d’Alien, plus ça dégouline, pendouille et sanguinole, plus il est content. Son dessert préféré est d’ailleurs le pudding aux myrtilles, c’est dire.

    Etudiant aux Beaux Arts de 1957 à 1994, il y découvre ce qui deviendra sa deuxième grande passion, les femmes à poil. C’est en effet au cours des célèbres séances de nu de la vénérable institution artistique qu’il trouve sa vocation : il sera sculpteur de femmes à poil éviscérées. La rencontre de ses deux grandes passions donne souvent des œuvres pour le moins étonnantes.

    Qu’elles soient toute bleue, les tripes à l’air ou avec un sourire colgate elles sont toutes d’un réalisme à couper le souffle. Bon il ne fait pas que les filles, c’est vrai, on l’a souvent surpris à sculpter des monstres affreux, peindre des créatures dégueulasses, modeler des abominations… abominables. Soyons justes. Personne ne sait capter comme lui l’essence d’un regard vitreux, la texture d’une peau herpétique ou la poésie d’un gros côlon sanguinolent.

    Je le disais en introduction, philigore est un artistes touche-à-tout. Attention, ça signifie qu’il maîtrise plusieurs domaines artistiques, pas qu’il est une star sur « balancetonporc.com » ! Outre la sculpture, on le voit souvent affublé de costumes bluffants de réalisme qu’il conçoit lui-même : le Jason de Vendredi 13 et les lycans de Underworld en sont des exemples frappants. Il partage cette passion avec sa fille et leurs exhibitions en convention sont toujours très remarquées.

    Enfin, ses talents s’étendent au graphisme en général, 2D et 3D. On lui doit par exemple le graphisme du site Fantastic Modelers qui fera date dans l’histoire du web mondial (hum…) et plusieurs œuvres très personnelles, là aussi souvent à base de femmes à poil et de problèmes dermatologiques.

    Philigore est un joyeux compagnon qui gagne à être connu et vu en exposition et nous espérons vous y voir le plus souvent possible.

    petersteven

  • petersteven face
  • petersteven profile
  • Petersteven n’est pas un artiste ordinaire.

    Il n’a jamais passé ses journées à peindre des biches oranges sur un coucher de soleil mauve. Il n’a jamais été doué en sculpture sauf à 5 ans avec ses crottes de nez mais ça ne compte pas vraiment.

    Bref.

    Non Petersteven ce qu’il aime lui, c’est Star Wars avec ses gros vaisseaux qui font « vrouuummmm » et « pfiiiiiiiuuuuuu », ses sabres lasers qui s’entrechoquent en faisait des « wouuuu » et des « tzzzzinnngggg », ses soldats de l’orage malvoyants, son méchant asthmatique qui se la pète avec ses 2 mètres et sa voix de Barry White, son héros boutonneux en pyjama à peine descendu de sa mobylette intergalactique, son Jedi verdâtre qui passe sa retraite dans un marécage (tout le monde ne connait pas le club Med),etc…

    Ben oui Petersteven comme Obélix est tombé dans Star Wars quand il était petit. Il a tellement mangé de gardes gamoréens, d’étoiles noires, de Jabbas qu’il en a même perdu toute lucidité. Pour exemple, il a aimé l’épisode 7. Oui vous avez bien lu. Non ne lui jetez pas de pierres. Inutile aussi de lui envoyer des mails d’injure, il n’a pas encore eu le temps de tout lire depuis la sortie du film. Et puis il souffre suffisamment en convention quand on lui passe la b..e au cirage…

    Mais de cette passion démesurée pour Star Wars (il dort dans un lit en forme de Faucon Millénium et oblige son épouse à se costumer en princesse Leia tous les week-ends) et la science-fiction en général, il en a tiré sa force et son inspiration.

    Son énorme diorama «Trench Run » est l’une des œuvres fan made qui m’a le plus bluffé. Vous pourrez en découvrir la réalisation sur le site mais le voir en live vous laisserait pantois tellement il est riche de détails et de vie. Une pièce digne du musée de la miniature de Lyon…

    Ses atouts ? La précision, la méticulosité, son ingéniosité et ses connaissances en électronique qui lui permettent d’illuminer intelligemment chacun de ses décors ou maquettes.

    Petersteven est un de ces grands artistes de la maquette (au sens noble du terme), ses projets ambitieux sont toujours menés à terme avec talent.

    Et vu ce qu’il a encore dans ses tuyaux, je vous conseille de prévoir le collyre et les mouchoirs car ça risque de vous défoncer la rétine…

    Tant que c’est que la rétine….